Itinérance : une innovation dans le métro de Montréal

1 Comment Par La rédaction | 16/11/2015
Illustration

« L’itinérance dans le métro de Montréal est une réalité à laquelle font face nos employés et notre clientèle tous les jours. Tous ceux qui œuvrent dans le métro sont, un jour ou l’autre, confrontés à cette réalité. Ne rien faire comme entreprise, c’était inacceptable » confie Mme Tadros.

L’itinérance est certes un problème complexe, et Montréal n’y échappe pas. D’ailleurs, ce phénomène est très présent dans son métro. Pour y faire face, la Société de transport de Montréal (STM) et la Société de développement social de Ville-Marie (SDSVM) décident, en 2012, d’unir leurs efforts afin de développer un projet innovant : le Pôle de services en itinérance.

Ce projet visait à aider les personnes en situation d’itinérance fréquentant certaines stations du centre-ville, comme la station Place-des-Arts, notamment grâce à la présence d’une intervenante de la Mission St-Michael qui arpente les corridors afin d’orienter celles qu’elle rencontre vers les ressources appropriées (accueils, hôpitaux, centre de jour, services psychiatriques).

Fort du succès de la première année, qui a permis de faire plus de 430 interventions, le projet a été étendu, l’année suivante, à d’autres stations (Bonaventure, Atwater, Berri-UQÀM et McGill) grâce, entre autres, à l’ajout de d’autres ressources supplémentaires en intervention sociale du YMCA.

Une approche positive et concertée entre les différents intervenants du métro, comme les inspecteurs de la STM, les policiers de l’unité métro et les travailleurs sociaux de la Mission St. Michael’s qui offre des ressources dans son centre de jour, mieux connu sous « Toit rouge ».

« Un des rôles des inspecteurs est de protéger les personnes. Lorsqu’on doit intervenir avec une personne en situation d’itinérance, l’objectif est d’établir une approche de relation d’aide. Les inspecteurs ont maintenant de plus en plus d’outils pour bien gérer ces situations. Et un de ces outils, c’est le partenariat avec les organismes communautaires » ajoute Charles Audelin, lieutenant aux opérations à la STM.

Un autre outil offert aux inspecteurs est la formation qu’ils reçoivent à l’École nationale de police qui leur permet de mieux encadrer les personnes en situation d’itinérance.

« Une journée, on peut interagir avec une personne de façon très naturelle et, le lendemain, cette même personne peut être en crise, voire sous l’effet de la drogue ou de l’alcool. Il faut donc savoir s’adapter dans ce genre de situation » mentionne Alexandre Vien, inspecteur de la STM.

Un pôle …gagnant!

Preuve de l’originalité  et de l’audace de la démarche, le Pôle de services en itinérance s’est mérité trois prix prestigieux en 2014 : le prix Leadership des entreprises – catégorie « Sûreté et sécurité » de l’Association canadienne du transport urbain; le prix Or en matière de sécurité de l’American Public Transportation Association et, enfin, le prix Relations communautaires/Milieux de vie de Novae.

Saviez-vous que?

Entre décembre et mars à la fermeture du métro, la STM met à la disposition des personnes itinérantes une navette pouvant les raccompagner jusqu’à des centres d’hébergement afin qu’elles puissent dormir au chaud! Près de 500 personnes utilisent ce service chaque hiver.

Un commentaire

  1. Diane says:

    Bravo, je pense que ce genre de nouvelles devrait prendre plus de place dans les médias.
    Longue vie à ce projet.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

MMFIM © 2021.