À Toronto, le manque de leadership provenant de la mairie au fil des années a fait en sorte que les groupes communautaires se sont organisés.