Les femmes sont en effet moins visibles, mais demeurent très vulnérables et représentent une importante partie de la population itinérante de Montréal.