Dans un contexte où l’on chiffre de plus en plus le parcours des personnes sans domicile fixe, il semble que certains événements de leur trajectoire restent encore statistiquement invisibles dont la statistique de décès.